Les sports alternatifs ont la particularité d’être peu médiatisés et représentés dans le monde sportif. Mais ça ne veut pas dire pour autant qu’ils sont dénués d’intérêt.

Le paradoxe est qu’ils font souvent de l’audience, notamment sur l’ensemble des réseaux sociaux et montrent ainsi qu’ils ont la faculté d’attirer des adeptes. Et la preuve est qu’on trouve facilement des

arcs à vendre à vendre neuf ou d’occasion en ligne ou en magasin.

Le tir à l’arc, la naissance d’une discipline

Il semblerait que l’origine du tir à l’arc remonte à l’âge de pierre, mais c’est surtout grâce à la civilisation égyptienne, qui s’en servait pour faire la guerre et chasser, que l’on en sait plus sur le début de cette discipline. En étudiant l’histoire de plus près, on constate d’ailleurs que le

sport exerce une forte influence sur les civilisations et les cultures sur l’ensemble de la planète. À l’époque, en effet, la pratique du tir à l’arc répondait plus à des besoins pratiques qu’à l’envie de faire du sport.

On trouve ensuite des preuves de son utilisation par les Hittites et leurs voisins les Assyriens, qui vivaient en Asie mineure 2 000 ans avant J.-C.

De l’usage pratique au sport alternatif

Chez les Chinois, l’usage du tir à l’arc remonte à la dynastie Shang, qui régnait entre le XVIIIe et le XIe siècle avant J.-C. Lors des batailles des équipes constituées de trois hommes (le conducteur, l’archer et le lanceur) chacune se confrontaient. Ensuite, sous la dynastie des Zou, qui a conservé le pouvoir jusqu’au IIIe siècle avant J.-C. C’étaient les nobles de la cour qui s’affrontaient lors de tournois de tir à l’arc. Véritable spectacle en soi, l’évènement étaient précédés de saluts élégants et ponctués de musique.

Robin des bois, ambassadeur légendaire du tir à l’arc

Qui ne connait pas Robin des Bois, ce célèbre hors-la-loi qui tentait de rétablir la justice à l’aide de son arc ? Pour aider les pauvres en rétablissant une juste répartition des richesses, cet archer légendaire volait aux riches. Son nom signifie d’ailleurs l’acte qui consiste à transpercer une flèche plantée dans une cible à l’aide d’autre autre flèche.

Un sport alternatif représenté aux Jeux Olympiques

Disputé aux Jeux Olympiques de 1900, 1904, 1908 et 1920, le tir à l’arc a été absent de la compétition pendant 52 ans, puisqu’il n’est revenu au programme qu’en 1972 pour les Jeux d’été de Munich avec des épreuves individuelles pour les hommes et pour les femmes. Pour les Jeux Olympiques de Séoul, qui se sont déroulés en 1988, les épreuves par équipe ont été réintroduites dans le programme. Et il a été décidé d’ajouter une cinquième épreuve au programme des Jeux de 2020, le double mixte qui permettra à des équipes composées d’une archère et un archer de s’affronter.

À ce jour, c’est toujours l’archer belge Hubert van Innis qui détient le retour du monde en terme de décoration aux Jeux Olympiques puisqu’il a décroché pas moins de six médailles d’or et trois médailles d’argent à lui seul entre 1900 et 1920.

Une version alternative de ce sport déjà alternatif

Afin de permettre aux enfants de s’adonner au tir à l’arc sans danger, il existe maintenant des

flèches dotées de coussinets au lieu d’une pointe. Une façon de découvrir cette discipline en toute sécurité et dès le plus jeune.